L'actualité de la défense en France

Catégorie : Arme de défense en vente libre

aerosol de defense

Aérosol de defense, Gel ou Gaz?

Du gel au gaz, il est parfois difficile pour celui qui cherche un aérosol de defense lacrymogène d’appréhender les différentes variantes. Nous dresserons donc ici un bref panorama de ce que l’on trouve aujourd’hui en armurerie en termes de mode de propulsion.

On a tout d’abord le gel, propulsé en jet filaire dense grâce à une viscosité élevé. On peut l’employer partout, sans crainte des retours de vent ou des espaces confinés. Très directionnel, ce mode de propulsion implique de « viser » sa cible. Il permettra par exemple de discriminer un individu agressif dans une foule, tout en minimisant les dégâts collatéraux. Citons à titre d’exemples les fabricant de spray de défense  Fox Labs Stream ou la TW1000 Pepper Gel.

On trouve ensuite les versions à mousse, souvent désignées par la dénomination anglaise « Foam ». Le gel y est toujours dense, mais de l’air gonfle son volume lors de la propulsion. On obtient alors un effet plus couvrant et plus adhérent tout en conservant une portée confortable. On citera ici la Pepper Foam de chez Sabre Red ou TW1000.

Quand le gel présente une viscosité très faible, on en vient à parler de « jet liquide ». Une formule plus rare mais que l’on retrouve tout de même chez le Protecteur et TW1000 JET liquide. L’idée est ici de conserver une bonne portée d’utilisation avec un prix réduit. Le Jet liquide est par ailleurs le gel « historique » chez TW1000.

Pour augmenter son rayon d’action de la bombe défense, on trouve ensuite les brumes. La substance est alors projetée sous la forme de fines gouttelettes pour une infiltration facilitée dans les muqueuses et les voies respiratoire. Cette utilisation « au jugé » facilite la défense en cas de stress intense. On retiendra les Fox Labs Cone et TW1000 Pepper Fog.

Enfin reste le gaz, où l’agent incapacitant vient vicier une large zone en formant un nuage. C’est le mode de propulsion le plus globalisant, idéal pour dissiper un attroupement ou atteindre plusieurs assaillants en même temps. Gare toutefois aux retours de vent.

Arme a balle caoutchouc

A l’impact du projectile non létal, d’une arme a balle caoutchouc occasionne un violent transfert d’énergie cinétique, mais sans pénétration. On évite ainsi d’endommager les organes internes de la cible, mais l’on garde l’effet « foudroyant » d’un coup de feu.

Pour systématiser l’offre disponible, nous distinguerons 5 échelons, du plus faible au plus puissant :

On trouvera tout d’abord les lanceurs de paintball détournés de leur utilisation première. L’idée est ici de les charger d’une balle en caoutchouc, de calibre .43 ou .68. Notons que la puissance de ces dispositifs laisse grandement à désirer pour un tir de défense : 5 joules pour un PPQ M2 Umarex, 16 joules pour un Walther SG 68 T4E.

A l’échelon 2, on trouvera les armes à blanc munies d’un embout à balle caoutchouc. On utilise ici l’énergie de la détonation pyrotechnique pour projeter une balle ronde de calibre 18 mm ou 20 mm forcée dans l’embout. Encore en vente libre, ces armes constituent le premier palier véritablement efficace.

A l’échelon 3, on converti la puissance du calibre 12 à des formats de poing avec des cartouches en 12/50. Monocoup ou à double-canon, ce type de lanceur se voit cette fois classé en catégorie C et requiert un certificat médical de votre médecin. Citons ici les populaires arme a balle caoutchouc, Gomm Cogne GC27, GC 54 et GC 57 de SAPL.

A l’échelon 4, on utilise des cartouches de calibre 12 « full size » à balle caoutchouc dans une véritable arme à feu. Ce sont les cartouches SAPL Gomm Cogn, Fiocchi Law Enforcement ou Sellier & Bellot Rubber Ball. Elles sont tirables depuis un fusil à pompe comme depuis un juxtaposé de chasse.

A l’échelon 5, on trouve les lanceurs « pro » et anti-émeute comme le redoutable Flash Ball de Verney-Carron. Il expulse des projectiles sphériques de 44 mm avec une puissance ahurissante de 140 joules. Vendu comme de juste en catégorie C, il est à utiliser avec précaution.

Bombe de defense , le grand classique 

La bombe de defense

Simple et pratique, la bombe de defense est un classique de la protection personnelle. Elle est accessible à tous et massivement disponible dans les armureries françaises. On la trouve aussi parfois désignée sous les appellations d’aérosol de défense incapacitant ou de spray lacrymogène. L’idée est toujours la même : mettre hors d’état de nuire un agresseur tout en restant à bonne distance.

De nombreux formats existent. Le panel s’étend de la bombe de défense ultra compacte pour les jogger, au spray type extincteur pour les professionnels de la sécurité. C’est l’arme en vente libre à glisser dans sa boîte à gant, son sac à main ou sous le comptoir de son commerce. On dispose ainsi à tout instant d’un moyen de défense performant et non létal.

Les sprays de défense lacrymogène peuvent projeter leur agent lacrymogène sous différentes formes. On distingue principalement deux types de propulsion : le gaz ou le gel. Le gaz permet un effet plus global et s’avère idéal contre des assaillants multiples. Le gel est lui plus directionnel et peut s’utiliser même dans des espaces clos. Certaines marques proposent également d’autres alternatives comme des mousses ou des brumes denses.

L’agent incapacitant contenu dans la bombe de defense peut lui aussi être de deux types. Vous pourrez trouver du CS (la substance utilisée par les forces de l’ordre) ou de l’OC (un dérivé du piment souvent improprement désigné comme « spray au poivre »). Si le premier est réglementaire, le second est souvent plus puissant et fonctionnera même sur les personnes droguées ou sous alcool.

Dans un cas comme dans l’autre, l’effet sur l’agresseur reste le même : inflammation importante des voies respiratoires et larmoiement abondant. L’assaillant tousse, peine à respirer et ressent une brûlure intense des muqueuses qui le met rapidement hors de combat.

Des marques les plus économiques aux grands noms équipant les professionnels (Fox Labs, Sabre Red, TW1000…), la bombe de défense reste la solution idéale pour la protection du particulier.

Pistolet a blanc alias Pistolet d’alarme

Qu’est ce qu’un pistolet a blanc?  Le pistolet à blanc possède plusieurs homonymes , pistolet d’alarme ou même pistolet de défense, il est aussi décliné en revolver d’alarme , cette fois ci la différence et simple le pistolet à blanc se charge à l’aide d’un chargeur contenant entre 4 et 15 munitions et par la simple action du doigt sur la détente celui se met à faire feu.

Pour le revolver à blanc , celui contient ses munitions dans un barillet contenant généralement entre 5 et 6 coups selon les modèles, la aussi l’action du doigt sur la détente fait partir le coup, cependant il faudra soit armer le chien avec le pouce pour réenclencher une nouvelle munitions (simple action) ou appuyer assez fort sur le chien pour armer le chien et tirer (la double action).

Les armes à blanc, ne sont pas considéré comme une vraie arme. Ce sont des répliques d’armes à feu Glock 17, Colt 1911, Beretta 92 Fs ou Colt Python 357 Magnum qui tirent des munitions à blanc ou à agent irritant (souvent appelé munition à gaz) ou des balles en caoutchouc.

Les fabricants sont d’origines Italienne, Turque comme Kimar, Chiappa, Ekol, Bruni….

A quoi sert-il au juste?

Dans un premier temps comme son nom l’indique pistolet d’alarme, il servait à faire fuir l’agresseur en tirant un coup en l’air , petit à petit l’arme évolua, avec les munitions avec agent irritant  CS, OC, celles ci projettent par effet pyrotechnique de la poudre de piment en direction des yeux de l’agresseur afin de l’incapacité tout comme une bombe de défense sauf que la propulsion n’est pas effectuée par la pression du gaz.

Il existe un adaptateur balle caoutchouc qui se visse sur le filetage du canon du pistolet a blanc, pour projeter une balle en caoutchouc de 20mm en récupérant les gaz produit par l’explosion de la munition.

L’acquisition

Cette arme est en vente libre aux personnes majeures : il appartient à la catégorie D – 2 de la réglementation en vigueur. il vous sera demandé une preuve d’identité au choix parmi la liste :

  •  carte nationale d’identité (CNI)
  •  passeport
  •  carte de résident
paralyseur électrique

Shocker : Quelle est la différence avec un Taser ?

Shocker vs Taser

Souvent, vous remarquez que beaucoup utilisent la marque Taser pour désigner un shocker électrique pour la défense, et même certain site de vente en ligne utilise ce nom.

C’est un homonyme, les armes de défense à impulsions électrique Taser font partie de la famille shocker sauf que la médiatisation de la marque pousse la plupart des gens à utiliser ce nom pour désigner un shocker .

Cependant, le fabricant propose une technologie brevetée qui permet à l’aide d’un effet pyrotechnique de tirer deux dards reliés au paralyseur électrique pour électrocuter son agresseur à distance, le classant ainsi en catégorie B-6 soumis à autorisation préfectorale donc uniquement aux forces de l’ordre et quelques exceptions.

Les shocker que nous connaissons qui fonctionne au contact permettant de provoquer un choc électrique à bout touchant est classé en catégorie D-2-c en vente libre aux personnes majeures, ceux-ci ne sont pas classés par leur puissance allant de 200 000 volts à 10 000 000 Volts comme les shockerx X-Calibur qui est certainement le plus puissant du marché, mais par le fait qu’il s’active au contact, pour cela il y a deux ou quatre dards à l’avant du shocker, qui crées un arc électrique audible et visible à l’œil nue.

Pour les sites de vente en ligne, il y a deux solutions, soit ils connaissent vraiment rien ou deuxième solutions, ils utilisent la marque Taser pour gagner en référencement mais attention, le propriétaire de la marque veille au grain et ne veux en aucun cas que l’on utilise son nom pour vendre d’autres shockers.

En nous baladant sur la toile, nous avons découvert cette vidéo en Français parlant en général des paralyseur électrique, il explique l’historique, l’inventeur, le besoin et les différents modèles avec batterie interne rechargeable, avec des piles, les formes et les voltages.

Page 2 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén